micro-crédit-social

Le microcrédit social : une alternative pour les interdits bancaires

Pour ceux qui sont exclus du système bancaire, il existe une solution leur permettant de solliciter à nouveau un prêt bancaire : le microcrédit social. Appelé aussi microcrédit personnel, ce type de prêt est spécialement réservé aux personnes ne pouvant pas demander un crédit bancaire. En effet, cette initiative leur offre la possibilité d’emprunter entre 300 et 5 000 € à rembourser sur une durée de 5 ans maximum. Explications.

Qui peut bénéficier d’un microcrédit social ?

Le microcrédit social est un système de prêt bancaire spécialement dédié aux personnes rencontrant des difficultés financières. En général, elles possèdent de faibles revenus ou n’ont pas le moyen de profiter d’une situation professionnelle stable. De ce fait, ces gens se trouvent parfois confronter à des problèmes financiers. Pour les aider, le Micro-crédit social représente une excellente alternative leur permettant de retrouver une légère ressource. Retrouvez ci-après les conditions pour être éligible à ce prêt et les démarches à suivre pour faire la demande.

À cause de leurs faibles revenus, beaucoup de personnes ne peuvent pas prétendre à un prêt bancaire. Sachant que le taux d’endettement d’un prêt classique est fixé à 33 % maximum, il est à noter que cette règlementation ne s’applique pas pour un microcrédit et dépend de la situation de l’emprunteur. Par ailleurs, les personnes qui ne disposent pas d’un contrat en CDI ont du mal à contracter un prêt bancaire.

Les principales caractéristiques d’un microcrédit social

Le microcrédit social adopte une caractéristique propre à lui qui n’a rien de commun avec les autres prestations bancaires. Tout d’abord, l’absence de garanties est un de ses principaux atouts. En effet, ce type de prêt se démarque par ses taux manifestement faibles, entre 1% et 4%. En plus de cela, les mensualités doivent correspondre avec les capacités de remboursement du demandeur.

Ensuite, l’autre particularité du microcrédit social, c’est que son montant est limité à 5 000 €. En fonction de la situation de l’emprunteur et l’organisme de prêt, cette somme peut être revue à la baisse. Aussi, il faut noter que dans le cadre d’un microcrédit, votre achat doit répondre à un besoin justifié. Cela concerne, par exemple, l’achat ou la réparation d’un véhicule pour aller au travail, la prise en charge du permis de conduire ou encore payer une formation professionnelle.

Les éléments exclus d’un microcrédit social

L’accord d’un microcrédit social contribue particulièrement à combler les besoins au quotidien de l’emprunteur. De ce fait, il ne prend pas en charge les découverts bancaires ainsi que le remboursement de dettes comme les retards de loyers. De plus, l’octroi de ce prêt ne sert pas à régler les dépenses de la vie courante comme les factures ou les divers abonnements mensuels.

En bref, vous devez noter qu’un microcrédit social n’est pas un prêt sans justificatif. À ce propos, l’établissement financier peut vous demander des pièces afin d’analyser et de contrôler la situation personnelle et professionnelle du demandeur. Par ailleurs, les emprunteurs de microcrédit social sont contraints de rembourser leur prêt. Aussi, il est à rappeler la demande de ce crédit ne peut pas se faire auprès d’un établissement bancaire. Il est impératif d’être assisté par un réseau social tel qu’une association à caractère social, une régie de quartier, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *